La souffrance portée à l’écriture de la thèse

Travail, recherche et plaisir sont les trois mots qui caractérisent la représentation de la thèse. Et pourtant, l’écriture de la thèse suscite chez les doctorants une appréhension générale. En effet, le processus d’écriture enclenche une solitude, des difficultés à surmonter et une souffrance non-négligeable. Parmi les facteurs participant à une représentation inquiétante à l’égard de la phase d’écriture de la thèse est la quantité de travail « énorme » à fournir et la longueur de la tâche qui vient accentuer cet aspect redoutant. Les doctorants tentent ainsi de trouver des stratégies pour provoquer le passage à l’écriture de la thèse qui reste un moment que l’on cherche toujours à différer. Ils doivent remédier aux difficultés de sélection et d’articulation de leurs idées dans l’écrit final où se cristallisent leurs attentes d’accompagnement en particulier de la part de leur directeur de recherche. Ils doivent finalement vaincre l’obstacle de la feuille blanche ressentie notamment aux début des parties et des paragraphes.



Citer ce billet
Ghida Hammoud (2015, 16 janvier). La souffrance portée à l’écriture de la thèse. Rédaction scientifique. Consulté le 15 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/tdsm

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.