Tous les articles par Ghida Hammoud

A propos Ghida Hammoud

Chercheure associée en Sciences de l'Education et de la Formation

Qu’est-ce qu’un bon résumé ?

Le résumé est le premier contact du lecteur avec votre recherche, il lui donnera envie de partir plus loin (et par la suite de lire votre texte) ou pas. Il a également l’avantage de donner au lecteur un accès rapide sur le contenu de la recherche de façon à ce qu’il sache si votre recherche pourrait l’intéresser dans sa recherche bibliographique. Vous avez donc tout intérêt à soigner le résumé et à y consacrer un temps suffisant : il constitue en effet un reflet de la qualité de votre texte.
Un résumé est un paragraphe de 150 à 400 mots. C’est un condensé de chacune des idées essentielles de la recherche. Il s’écrit naturellement à la fin de votre recherche : à ce stade vous êtes capables d’identifier clairement les différents étapes de votre démarche de recherche.
Si la structure de votre texte suit le modèle IMRAD, le résumé doit se composer de 4 ou 5 phrases :

I→ Une phrase pour introduire le sujet, le contexte et éventuellement la problématique

M→ Une phrase pour préciser la méthodologie utilisée

R→ Une phrase pour s’arrêter sur les résultats majeurs de votre recherche

A→ Une phrase de plus si vous avez besoin d’apporter des informations supplémentaires

D→Une phrase pour discuter des résultats obtenus et ouvrir vers d’autres perspectives.

Cette concision dans l’écriture du résumé montre que chaque mot a son importance et doit être bien choisi de manière à expliquer ou illustrer les étapes de votre recherche. Il est important d’écrire, de réécrire et de réécrire de nouveau jusqu’à trouver la phrase qui exprime au mieux chaque étape avec peu de mots.
Dans le cas où votre texte suit une autre structure que celle d’IMRAD, le résumé doit être fidèle à celle-ci.
Finalement, on doit trouver dans ce petit paragraphe qui résume votre recherche autant d’investissement et de soin que pour le texte lui-même.

De l’importance de la révision dans la rédaction des écrits scientifiques

Se précipiter dans son texte pour déposer son mémoire, sa thèse ou son article est une situation dans laquelle beaucoup d’étudiants et de chercheurs se trouvent habituellement. Or, il est bien connu que les meilleurs textes appartiennent aux rédacteurs qui passent le plus de temps à réviser leurs écrits. Rédiger et réviser un écrit restent des activités complexes et coûteuses sur le plan cognitif. Il arrive parfois que le rédacteur n’arrive plus à détecter les problèmes de forme, de contenu ou de cohérence. Il est donc vivement conseillé lorsque la révision immédiate de son propre texte n’est plus efficace, de différer cette activité de quelques jours.

Avant de rendre son écrit :

  • Prévoir toujours un délai suffisant dans sa planification pour la révision de son texte
  • Réviser plusieurs fois et durant tout le processus d’écriture. Révisez des segments de votre texte séparément et réécrivez-les autant de fois que nécessaire.
  • Quand on vous déclare des problèmes dans votre texte sans que vous parvenez à les détecter, différer la révision de quelque temps
  • S’arranger avec des collègues pour relire vos écrits mutuels : il est plus facile d’évaluer le texte d’autrui que son propre texte

La souffrance portée à l’écriture de la thèse

Travail, recherche et plaisir sont les trois mots qui caractérisent la représentation de la thèse. Et pourtant, l’écriture de la thèse suscite chez les doctorants une appréhension générale. En effet, le processus d’écriture enclenche une solitude, des difficultés à surmonter et une souffrance non-négligeable. Parmi les facteurs participant à une représentation inquiétante à l’égard de la phase d’écriture de la thèse est la quantité de travail « énorme » à fournir et la longueur de la tâche qui vient accentuer cet aspect redoutant. Les doctorants tentent ainsi de trouver des stratégies pour provoquer le passage à l’écriture de la thèse qui reste un moment que l’on cherche toujours à différer. Ils doivent remédier aux difficultés de sélection et d’articulation de leurs idées dans l’écrit final où se cristallisent leurs attentes d’accompagnement en particulier de la part de leur directeur de recherche. Ils doivent finalement vaincre l’obstacle de la feuille blanche ressentie notamment aux début des parties et des paragraphes.